"Je suis adolescent et mes parents sont sans arrêt sur mon dos" (5/5)

Avertissement : Je vous conseille vivement de lire les deux premiers articles abordant la question d' "agir en fonction de son ressenti" avant d’entamer la lecture de celui-ci!
Ici
et ici

Exemple : "Je suis encore au lycée. Je vis toujours avec mes parents et je pense que je suis plutôt un enfant normal. J'ai des notes correctes, et même si je n'aime pas trop l'école, beaucoup de choses m'intéressent et j'ai quelques très bons amis.
Mes parents surveillent tout ce que je fais au point où ils vont finir par me rendre dingue ; je dois solliciter leur permission pour pratiquement tout ce que je veux faire et ils se comportent en permanence à mon égard comme si je faisais quelque chose de mal, où que je m'apprêtais à le faire. Résultat : non seulement je ne me sens pas bien en leur compagnie, mais j'en suis en plus arrivé à redouter de rentrer à la maison..
Si seulement je pouvais quitter le domicile parental dès maintenant, vivre ma vie et faire ce que j'ai envie de faire! J'aimerais tant que mes parents me fichent la paix, je me sens coupable la moitié du temps alors que je ne fais rien de mal. C'est quoi leur problème, à la fin? Pourquoi ils ne vivent pas leur vie, tout simplement, en me laissant vivre la mienne?"





En général, tes parents pensent qu'ils sont beaucoup plus âgés et sages que toi, du fait des expériences qu'ils ont déjà faites, et ils aimeraient te faire profiter de la sagesse qu'ils ont ainsi acquise.
Les parents sont généralement les premiers à oublier que c'est toi qui crée ta propre expérience de vie. Comme ton existence et ton bien-être comptent beaucoup pour eux, depuis ta naissance, ils ont tendance à te considérer comme leur création, et à considérer également ta vie comme leur création : c'est là que les problèmes commencent.


En vivant leur vie et en observant la tienne, ils ont tiré leurs propres roquettes de désir concernant ton bien-être et ton évolution, et ils éprouvent souvent le besoin de contrôler ton comportement pour qu'il colle avec la vision de toi qu'ils se sont forgée. Si je pouvais leur donner un conseil, je leur dirais de ne pas agir ainsi et je les encouragerais à trouver leur propre alignement, mais ce n'est pas à eux que je m'adresse en ce moment ...
De la même façon que j'inviterais tes parents à comprendre que ça n'est pas à toi , leur enfant, de modifier ton comportement pour leur faire plaisir, tu ne dois pas davantage leur demander à eux de changer pour te satisfaire.
Je comprends bien que tu as l'impression que c'est leur comportement qui est à l'origine de ton malaise, mais si tu prends conscience que tu disposes de plusieurs options par rapport à leur comportement, tu pourras alors découvrir une certaine liberté, même dans les conditions où tu te trouves actuellement. Mais si tu penses toujours que c'est eux qui doivent changer, tu te sentiras vraiment piégé et ton envie de partir de chez eux sera de plus en plus intense.


Par exemple, tu viens d'annoncer à tes parents que tu comptes sortir avec un de tes amis. Tu sais qu'au final tes parents ne t'empêcheront pas d'y aller, mais tu as tout de même droit à leurs sarcasmes habituels, non seulement sur le choix des amis que tu t'es fait , mes aussi sur les occupations que tu préfères. Et tu te dis : 

Comment pouvez-vous savoir ce qui est bon pour moi?
Et ce qui me fait plaisir?
Je doute même que vous sachiez vous amuser
Si ça se trouve, ça ne vous est jamais arrivé

Même si ces pensées sont compréhensibles, vu le comportement de tes parents, elles n'en sont pas moins à contre-courant.

Vous ne comprenez pas ma vie
Vous ne laissez aucune chance à mes amis
Vous ne faites pas le moindre effort de compréhension

Toujours à contre courant

Je n'ai pas besoin que vous aimiez mon copain pour que moi je l’aime
Mes propres expériences m'ont permis de voir que c'est vraiment quelqu'un de bien
Au moins, vous n'essayez pas de contrôler ce que je vis
Et dès que je serai parti avec mon ami, nous passerons du bon temps ensemble
Je me doute bien que vos intentions sont bonnes et que vous souhaitez le meilleur pour moi

Là, tu commences à aller mieux

Mais je ne pense pas que vous puissiez savoir ce qui est vraiment meilleur pour moi

De nouveau à contre-courant!

Je ne peux pas vous reprocher d'essayer
Je vais quand même partir
Et au moins vous n'allez pas m'en empêcher
Les choses pourraient être bien pires
Finalement, je ne suis pas si mal loti!

Au final, rien n'a vraiment changé, puisque tes parents te donnent malgré tout du fil à retordre, et que tu vas quand même sortir.


Mais grâce à tes efforts pour orienter tes pensées dans le sens du courant, tes vibrations sont meilleures que d'habitude. Du coup, quand tu es avec ton ami, tu n'éprouves pas les sentiments de rébellion qui t'habitent d'ordinaire. Tu te sens plus léger et plus libre, et le moment que tu passes avec ton copain débute sur de meilleures bases ; cette fois, tu ne lui fais aucun commentaire négatif sur tes parents, et ton esprit ne reste pas fixé sur la maison / le parents que tu viens de quitter.



Vous passez directement à l'activité que vous aviez prévue sans arrière-pensée, et tu y prends plus de plaisir que d'habitude. Dés lors, quand ta sortie s'achève et qu'il es temps de regagner le nid, tu ne redoutes plus autant de rentrer à la maison.

Il est même possible que ta vibration aie tellement changé que ton énergie aie aussi affecté tes parents!! Peut être seront ils déjà endormis à ton retour, au lieu de faire les cent pas dans le salon à t'attendre. En tous cas, que tu constates ou non des changement immédiats, tu t'es senti mieux, ce qui est déjà un changement - et en soi, cela suffit!








Source : Le fabuleux pouvoir des émotions par Esther & Jerry Hicks



Pour laisser un commentaire il vous suffit de cliquer sur le titre du message et la fenêtre de post se trouvera en bas de page. Merci!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire