Psycho-généalogie et sexualité

Manque de confiance, difficultés à s'attacher ou à s'aimer, incapacité à se réaliser, etc... Beaucoup de nos problèmes (en apparence insurmontables) prennent leurs racines aux pieds de nos ancêtres. Quel est donc cet héritage? Comment identifier une problématique généalogique et s'en libérer?



Prenons l'exemple, à la fois simple, et compliqué, de la sexualité : plaisir ou interdit?




"Je n'ai aucun plaisir sexuel"

Très jolie, habillée avec goût, sûre de son charme... et complètement déconnectée de son corps : voilà le portrait de Vanessa.
Pour elle, les relations sexuelles ne sont que complications et blocages. Elle peut faire n’importe quoi avec un homme, elle ne ressent rien ; c'est comme si son corps refusait de se plier à la jouissance pour rester "pur, fort, intouchable". Ses premières expériences ne sont que de mauvais souvenirs, il lui semble que le plaisir n'est pas pour elle.

Personne ne lui a jamais dit qu'elle deviendrait un jour une femme! Aucune parole ne l'a reliée à cette composante essentielle et sacrée de l'être humain qu'est la sexualité. Son sexe lui reste profondément étranger et lointain, voire menaçant.


Tout ça demeure caché au plus profond d'elle même : sous son apparence de femme moderne, libérée et affranchie, Vanessa est en sommeil, en attente d'être révélée comme par miracle à sa dimension de femme.
Comment secouer les générations de femmes hypnotisées par un discours familial qui interdit le plaisir, comme c'est le cas chez elle, et chez beaucoup d'autres..?


Le manque de parole

La rencontre avec nous-même ne peut pas se vivre pleinement sans la découverte de la sexualité, de notre part la plus intime à travers notre corps (si elle a effectivement lieu). Pour beaucoup d'entre nous, la sexualité reste un domaine méconnu où se jouent des histoires complexes. Rapports de force, soumission, humiliation , colère... le terrain est miné.
Considéré par beaucoup comme un domaine où il faut être performant ou satisfait à tout prix, c'est aussi un des domaines qui nous échappe le plus, à cause de la complexité courante de la relation entre deux êtres humains.

De plus, le sujet de la sexualité reste très souvent empreint d'un tabou majeur. L'aspect sociologique et historique de notre environnement peut nous aider à comprendre à quel point notre société est enracinée dans des traditions de mensonges, de déni et d'hypocrisie concernant le sexe. La religion et l'éducation ont verrouillé l’accès à la parole concernant le sujet, et rares sont les familles où la sexualité peut être évoquée librement, sans honte ni gêne.


Or, il ne suffit pas "d'en parler", même avec de la bonne volonté : certaines tentatives pour expliquer la sexualité aux enfants ne font que mettre en lumière l'évidente impossibilité d'en parler! Entre une approche scientifique du type "La vie des animaux" et un discours qui se veut libéré mais qui véhicule un malaise sous-jacent perceptible pour l'enfant, la Parole ne remplit pas sa fonction, et peut même plonger l'enfant dans une grande perplexité, voire le dégoûter de ce qu'il perçoit alors comme un monde dangereux et honteux.



En remontant deux générations dans l'arbre généalogique, nous apprenons que la grand-mère de Vanessa s'est sauvée le soir de sa nuit de noces, et également que sa grand-tante est morte en se faisant avorter, ce qui en dit long sur les peurs qui ont pu être associées à la sexualité de mère en fille.

Vanessa n'a entendu que quelques mots édulcorés de sa mère à ce sujet, ainsi que les histoires grivoises de son père, qui avait par ailleurs de nombreuses maîtresses. Rien de ce qui lui a été dit ne lui a paru vrai, rassurant, naturel. Elle a donc enregistré que le sexe était dangereux, source de confusion, de mensonge, de souffrance et d'aliénation.
S'en tenir éloignée le plus possible a été pour elle la seule issue pour se démarquer de parents inquiétants et immatures, eux-mêmes héritiers de la culpabilité et de la honte transmise depuis des générations, et qui se sont montrés incapables de la rassurer, de la protéger, et encore moins de lui enseigner quoi que ce soit.


Comment parler à ses enfants de ce dont on n'a pas entendu parler soi-même, et qui n'est jamais mentionné depuis plusieurs générations? Comment trouver en soi les mots justes, quand on n'a aucune idée de l'importance de cette parole, et des drames engendrés par son absence?
Pour être réellement authentique, on ne peut se baser que sur une expérience intégrée, dédramatisée, sans complexe, et sur un discours dénué de faux-semblants.


www.bickel.fr



Entre tabou et hyper-sexualisation

Considéré durant des siècles d'obscurantisme comme un lieu de péché, le corps, surtout celui de la femme, a été longtemps l'objet d'une méfiance absolue, d'un déni total et d'un dégoût profond. Pour beaucoup de femmes à l'heure actuelle, honorer et respecter son corps est un véritable défi : combien d'entre elles, apparemment libre de profiter de leur corps comme bon leur semble, sont capables de se l'approprier véritablement? De ne pas se laisser envahir par la culpabilité lorsqu'elles disent non à leur partenaire?
Où auraient-elles appris que leur corps leur appartient à elles seules, qu'il n'est ni l'objet de pouvoir, ni de transaction, ni de soumission?
Difficile d'en être autrement, entre la société dans laquelle nous vivons et celles qui nous précèdent, où nous sommes passés d'un extrême à l'autre : du tabou à l'hyper-sexualisation...




Et vous?

Comment avez-vous appris ce qu'était la sexualité? Qui vous en a parlé? De quoi est-elle synonyme dans votre famille? Vous sentez-vous libre d'en parler à vos propres enfants?

Accédez-vous au plaisir sexuel? Comment? Cela vous satisfait-il?
Connaissez-vous les mécanismes de votre corps en ce qui concerne la jouissance? Essayez de retracer la façon dont tout cela a pu être vécu par les personnages de votre arbre généalogique: préférences, liaisons hors mariage, couples homosexuels, etc : qu'en déduisez-vous pour vous-même?

www.bickel.fr






Source : La psychogénéalogie - Guérir de sa famille par Juliette Allais



Pour laisser un commentaire il vous suffit de cliquer sur le titre du message et la fenêtre de post se trouvera en bas de page. Merci!



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire